Articles

Affichage des articles du juillet, 2012

Chris Marker In Memoriam (29 juillet 1921 - 29 juillet 2012)

Image
le 11 mars dernier j’évoquais la disparition d’un maître moebius ce soir hélas il s’agit de parler de chris marker maître de la mémoire imparfaite témoin engagé du siècle cinéaste influent et discret les amateurs éclairés le connaissent depuis 1962 la jetée roman photo filmé voyage dans le temps amour plus fort que la mort beaucoup d’autres films aussi et des textes et de la vidéo et du multimédia un artiste complet non pas de filmographie savante ce soir je choisis parti pris pas de ponctuation la pellicule se déroule le montage est fait dans le cerveau du lecteur liberté d’interpréter le flux une image qui obsède un profil de jeune femme le voyageur dédoublé le cinéma comme incarnation des corps de mémoire exemple de passerelle jetée entre vertigo et la jetée hitchock marker kim novak et la belle inconnue un autre film majeur aussi sans soleil 1982 documentaire ou oeuvre de fiction allez savoir il faut regarder tenter de comprendre s’immerger dans le fleuve en renaître esprit avec c…

Tweets VI

In relativistic quantum fields, a broken continuous symmetry leads to the emergence of the Cheshire cat’s smile. Thanks to Nature, I’m free.

Upgrading my MacBook Air to OS X Mountain Lion. Waiting for the download to complete. Software rimes my days and nights. Man in the machine.

Insects fly in militarized wings. We bioengineer competing species to repel them. The arms race puts a spell on us. Our choice ants or bees?

To get us tapping our mobiles every 10 seconds for a tweet is the closest we can get of a telepathic link. I go to sleep now. You shut down.

This is tweet automation based on algorithmic software. Cute and to the point, no fuss. What the hell does it tell? My author is point dead.

Cash flows evaporated under the sun of recession. The company is being sold on its naked balance sheet. Here come the vultures. Prey for me.

The new managerial mantra: masters and slaves bound with a service level agreement going down to fishes and whips. You slaves love the whip.

These proce…

Carnets volume II

Image
Fragments, fiches, pensées - Carnets volume II contient les retranscriptions des brouillons, idées, miscellanées qui se bousculent sans cohérence hors de ma tête et dont je tente par l’écriture à discipliner le flux. C’est peut-être ici que l’identification de l’écriture à du « work in progress » est la plus pertinente. Des indications de date permettront pour certains passages de faire le lien avec les entrées et les sorties du Carnet I. Pour le reste cela me regarde. C’est mon journal brut, expérimental.


The Cumberland Hotel Entrance Hall, London Feb. 2008 (photo de l'auteur)

Carnet d'écrivain

Quand je lui ai montré ce que j’étais en train de faire, Aude m’a dit :
— C’est un carnet d’écrivain !
Cela m’a rassuré, je pensais être en train d’écrire un roman. Auparavant je m’étais gratté la tête assez loin avec des questions du genre :
— Qu’est-ce qu’un roman de nos jours ? A quoi je répondais :
— A peu près tout ce qu’on veut, tout ce qui se publie sous l’étiquette de « roman ». Tout et n’importe quoi surtout.
Je me sentais soulagé de ne pas avoir un jour à proposer à un éditeur ce carnet comme un roman qui n’aurait pas été pas un vrai roman mais qui aurait prétendu quand même être un roman au deuxième degré.
— Vous voyez bien ce que je veux dire non ? Quand même cher éditeur, quelles sont vos lettres?
Ah ! Pauvre Editeur ! Tomber dans le piège tendu par ces mauvais romanciers qui confondent œuvre d’art, bricolage et gonflettes intellectuelles ! Tout ça c’est la faute à Tel Quel, au Structuralisme et à tous ces ânes de la Sorbonne. Enfin, quand je pense que ce carnet aurait p…

Tweets V

My last day on Earth. You’ve done a great job! says Father. I’m not convinced. Humanity had enough time to learn. Let’s stop the experiment.

My last day in Hell. You will learn to be kind, generous tells my father. Listen to people, heal, preach for good. Pay attention here Jesus!

My last day in Paradise. You must grow up tells my father. Educate yourself! Go to work! Travel! You are such a useless moron. Get out Adam!

He drove the car in the wrong lane, took a ferryboat to the islands. No escape, you move on ! said the greek cop pointing a gun on his face.

The sleepless man has been monitored extensively in the lab for weird interactions between brain states. A backup restore could be the cure.

Nicely said Mister Nobody. but you will not trump anyone else with your tricks. With a perfect shot in the eye clown Everyman killed Nobody.

A group of German tourists armed with assault guns and flash explosives is enacting 1941 in a quiet Cretan village, killing all men over 14.

The cartel’…

Grèce IX (End)

Image
Athens International Airport La civilisation des aéroports. Confessions at the Airport. J’apprends que l’écrivain Alain de Botton a écrit un livre après avoir passé une semaine déguisé en employé à l’aéroport d’Heathrow. Il y a recueilli des observations, des confessions de voyageurs...
Je me suis souvent demandé si les meilleurs postes d’observation de notre monde n’étaient pas ces lieux anonymes et multiples, ces lieux de transit, de passage, de voyage, d’attente: autoroutes, gares, aéroports, terminaux. Les routes invitent à la méditation, quand je suis seul en voiture et roule, roule, mon esprit flotte, dérive, librement, il prend tout ce qui s’offre à lui, bribes de conversation à la radio, musiques, lumière du ciel, flux des véhicules, force de la pluie, ballet des phares, des couleurs rouges, orangées, blanches, brillantes, ou de leur absence, ou de leur manque, ou de leur fuite en avant. Mon esprit flotte alors dans le passé, dans l’avenir, dans les cinq prochaines minutes, dans …

Grèce VIII

Image
... Les Perses allaient encore recevoir une bonne gifle des grecs plus tard lors de la bataille de Platée (479 av. J.C.), et puis la roue de l’histoire allait tourner pendant un siècle et demi jusqu’à ce qu’un certain Alexandre décide de porter le fer et le feu de la conquête sur le territoire de l’Empire Perse avec le succès que l’on connait (entre 334 et 323 av. J.C.) ... Or, ce matin je découvre par le plus grand des hasards, tombée dans ma boîte aux lettres électronique un article du BBC News Magazine: Alexander the not so Great: History through Persian eyes
... Ah! Les historiens devraient plus souvent pratiquer l’exercice du regard croisé, de la critique épousant le point de vue de l’autre, en somme une variante du petit jeu: “je te tiens  tu me tiens  par la barbichette,  le premier  qui rira  aura une tapette” Le monde s’en porterait-il mieux? Toujours est-il que cet article est intéressant à plus d’un titre, je le recommande aux amateurs de questions historiques qui ont en mémoire le l…

Grèce VII

Note du Carnet Fugace vol. II  Visite du musée Skironio consacré à la sculpture de Kostas Polychronopoulos. Courageux, en plein après-midi, sans chapeau ni lunettes de soleil. Trente-huit degrés à l’ombre. Le musée proprement dit consiste en une belle maison un peu labyrinthique où il fait frais au croisement des lignes d’un triangle aéré de corridors. C’est là, choisi avec précision, que se tenait le chien, un golden retriever affalé, et pour cette raison même, au dire de la curatrice du musée, la veuve de l’artiste. Elle m’avait pris pour l’ami d’un sculpteur de sa connaissance établi à Paris, ou bien était-ce une connaissance commune au Japon qui m’avait signalé l’existence du musée? Cette petite dame qui doit faire au moins ses soixante-quinze ans, après avoir démarré la conversation en grec bascula assez vite au français lorsqu’elle compris que je n’étais ni Parisien ni Japonais mais belge -- “et de quel côté de la frontière linguistique?” me demanda-t-elle -- m’expliqua qu’elle avait v…

Grèce VI

Image
Une lettre au loin. Où de loin, des lointains, pour la personne éloignée, pour l’éloignement de soi?
Une lettre, voyante, vue, lue, à voix haute, déclamée dans l’arène avant d’assener le coup fatal, ou d’être frappé par la fatalité. Un théâtre de la mort, des jeux du cirque, une bibliothèque que l’aveugle parcourt la nuit les yeux morts mais si riches d’une lumière intérieure, de souvenirs; et il les palpe du bout des doigts ses livres qu’il connait par coeur, il les connait, les reconnait et eux aussi lui disent merci de nous accueillir, de révéler la parole endormie, de brouiller le silence des dieux avec le vent des poètes. Une Maestranza à Séville, de Séville, des souvenirs de guerre civile espagnole, d’autres de guerre civile grecque. Des passeurs de mots et d’images. Des fausses mémoires, des textes bruts qui disent quelque chose, mais quoi, qui révèlent de l’être quelque part, mais où, qui attendent dans le silence. Un bouquiniste où côte à côte les livres témoignent de l’effort fu…

Grèce V

Image
Note du Carnet Fugace vol. II (*) Soirée du 11 juillet. J’admire enfin le coucher de soleil, l’aspect rosé, gris du ciel, découpé derrières les collines du Saronique, la mer métallique et calme écrasée par la chaleur du jour, le bruit des vagues trente mètres plus bas léchant les rocs de la petite plage privée de l’hôtel - premier moment de détente pure que je savoure depuis mon arrivée, la symphonie des grillons, les tzitzikas, et je les vois devant moi, face à la terrasse qui les surplombe, une collection de sculptures modernes, j’en compte trois, ponctuant le parcours du promeneur isolé qui descend la colline peuplée de pins et d’oliviers depuis la vieille route jusqu’à la mer - chacune à sa manière stylisée réminiscente d’un moment de l’histoire de l’art de ce pays - j’y devine là une déesse noire, Vénus néolithique de la fertilité; plus bas, une paire de jumeaux cycladiques blancs en prière, plus bas encore, de dos, grège, un kouros archaïque, me semble-t-il, à l’intérieur d’un an…

Grèce IV

Image
Déjà Vu Café, Pahi. La Grèce est peut-être en pleine dépression économique mais tous les cafés un peu branchés se sont équipés d’une connexion internet et de wi-fi gratuit pour leur clientèle. L’endroit où je me trouve actuellement et duquel j’observe la mer n’en disposait pas en avril lors de mon dernier passage. 


Terminé la lecture du “Monde Diplomatique” de juillet. L’article le plus remuant est consacré à la guerre contre la drogue au Mexique: “Mexico recule devant les cartels”.
Par-delà l’analyse classique des collusions d’intérêts entre le  Parti Révolutionaire Institutionnel (le PRI) et le cartel de Sinaloa qui s’étaient arrangés pour administrer les bénéfices du trafic de drogue  “en bons pères de famille”, avant l’alternance démocratique en l’an 2000 mettant fin à 71 ans de direction ininterrompue du pays par ce parti, et le début de la guerre ouverte déclarée contre la drogue avec les conséquences d’une violence de plus en plus catastrophique que l’on connait, l’élément le plu…

Grèce III

Sax Café Bar, Loutraki. Merci à la municipalité de cette ville du golfe de Corinthe de mettre à la disposition des internautes une connexion rapide et libre d’accès le long du littoral. Eviter le mal de tête. Les températures montent. Aujourd’hui, demain, après-demain, pics à plus de quarante degrés dans le centre d’Athènes. Par ici il doit bien faire deux ou trois degrés en moins.  Premier principe de survie dans la chaleur: manger à minima sur le temps de midi, juste de la pastèque pour l’eau et le sucre, la fraîcheur dans la bouche; me sent plus léger avec ce traitement. Deuxième principe: éviter de marcher au soleil, ou pire de s’allonger au soleil: plages interdites. Il n’y a que ça ici. Je les préfère vides, au printemps. Ni l’envie ni le temps de toute manière, et tant mieux.  Troisième principe: cap sur l’objectif, une tâche à faire, à compléter par jour, une activité à coordonner. Très bien pour la productivité. Quatrième principe: dormir le soir uniquement, pas de sieste l’après-…

Grèce II

Hot Fingers Café, Megara. The place to be. Enfin, une connection internet qui fonctionne. J’ai pu lire mes emails, les attentions sur le mur Facebook et autres messageries vocales, subvocales et télépathiques. Bien quand même cette facilité des reminders, plus besoin d’agenda papier, car aujourd’hui j’entame une année nouvelle. That’s life. Réjouissances! Merci à toutes les icelles et tous les iceluis qui ont collé un post-it sur mon mur. Festif? Vite dit. Si je suis ici (petite ville provinciale sans intérêt touristique aucun, région de l’Attique No Man’s Land très branché, excellente radio rock dans ce cyber-café Griekenland, serveuse romano-polonaise, petit square agréable, café frappé) c’est pour “affaires” (connexions avec la mafia turco-bulgare) dans l’immobilier (albanais), redynamiser un peu cette économie grecque qui se noye dans le bleu de la mer Egée (réserves de gas naturel abondantes dit-on au large de Chypre, mer des vents, forêt d’éoliennes au large de la Crète, de quoi …