Articles

Affichage des articles du novembre, 2012

La Traversée - variation d'un mythe (scènes 4, 5, 6)

Image
Scène #4
Extérieur – Rue de Paris, jour.
Olivier marche dans la rue, il fume une cigarette. Il s’installe à une terrasse de café. Ce pourrait être le Café de la Paix, à l’angle du boulevard des Capucines et de l’Opéra.
Olivier
Un noir bien serré, s’il vous plait.
Garçon
Certainement Monsieur.
Olivier déplie « Le Monde ». Le café est servi. Il essaye de lire le journal, s’ennuie rapidement, il pousse un soupir, replie le journal. Il regarde l’animation sur le boulevard, les gens qui entrent et sortent nombreux de l’établissement. On entend les bruits de voiture, des bribes de conversation, des mots.
Un homme jeune, en costume
Encore une réunion !
Un autre jeune homme
Céline exagère. La City ! Toujours la City !

L’homme jeune, en costume
Les cours ont été manipulés.
Une voix d’un autre homme
Cinq euros, et quoi encore ?
Une voix de femme
Allo, Julien ? C’est Fanny. Tu viens ?
Une femme très élégante de dos
On ne trouve plus de vitriers qui connaissent leur métier à Paris.
L’autre jeune homme
J’en ai plein l…

Intérieur - Une chambre d'hôpital, jour

Image
Une scène de film - Prologue de la Traversée - variation d'un mythe
Le personnage principal (Olivier) est introduit dans une chambre d’hôpital individuelle par une infirmière…
L’infirmière
Nous l’avons changée de chambre hier soir. Elle sera plus tranquille ici.
Olivier
Plus tranquille… C’est une section isolée…
L’infirmière
Pour les soins palliatifs Monsieur.
Olivier
Merci.
L’infirmière sort. On voit une femme sur un lit, très amaigrie, les cheveux lui collent à la tête, elle gémit dans son sommeil. Un cathéter au bras, un autre tuyau souple sous le drap.
Voix off d’Olivier.
Je regardais ma femme en train de mourir.
Olivier
Elodie… Elodie… je suis là…
Elodie
Murmures
Oui
Voix off d’Olivier
Il n’y avait plus rien à dire. Je la regardais s’éteindre doucement. Elle souffrait. Fallait-il augmenter la dose de morphine ? J’étais paralysé, mais sous mon crâne, une tempête se levait.
Elodie
Faiblement
Olivier…
Olivier
Mon amour… je suis là…
Il lui tient la main. Elle ouvre les yeux. Regard vide.
Elodie
Ne me retie…

Extérieur – La plage, jour

Image
Une scène de film #22 (voir le billet précédent - à la fin de la scène #28 - pour le séquençage)
Une jeune fille (une gamine, préadolescente) très blonde et un chien, genre labrador, se rapprochent de la caméra (ce qu’Olivier regarde). On entend le cri des mouettes, l’aboiement du chien.
Héloïse
Elle court vers la caméra.
Par ici, par ici mon chien.
Olivier
Le chien file dans les jambes d’Olivier.
Oh ! Bon chien ! Bon chien !
Héloïse
Essoufflée…
Pardon Monsieur ! Oscar est très gentil… Vous pouvez le caresser.
Le chien tourne autour d’Olivier, quémande une caresse.
Olivier
Oui, bon chien… oui, c’est ça… Oscar, un labrador non ? T’es un labrador ! Je te reconnais, tu as une tête comme je les aime ! Gentil, gentil…
Héloïse
Il fait beau ce matin, n’est-ce pas Monsieur ? Vous avez entendu cette nuit ? Oh ! C’était la tempête ! Vous arrivez de Paris ?
Olivier
Sourire
Cela se voit que je viens de Paris ? Oui, je viens de Paris. Et toi, tu viens d’où ?
Héloïse
Oh… moi, je suis d’ici, de là-bas… d’un peu partout…
Ell…

Intérieur - Chambre d'hôtel, nuit

Image
Une scène de film (#28 - voir plus bas pour le séquençage)

Lumière tamisée. Les personnages sont d’abord dans la pénombre.
Olivier
Nous y voilà…
Béatrice
Vous y êtes, vous êtes arrivé.
Olivier
Oui, enfin ! Le voyage fut long… de petits accidents… ici ou là… vous ne m’avez pas attendu à Wissant. Vous étiez déjà partie.
Olivier lui sourit
Et vous avez accepté de venir jusqu’ici…
Béatrice
Je vous attendais.
Olivier
… Dans cette chambre d’hôtel. Mais asseyez-vous donc.
Olivier indique à Béatrice un fauteuil en cuir fatigué, il s’installe sur une chaise devant un bureau étroit. Il la regarde. Béatrice tient en main le carton de bière qu’elle fait tourner entre ses doigts. Le visage des personnages s’éclaire petit à petit.
Béatrice
Merci pour votre joli mot.
Olivier
Cette petite Héloïse est très fine. Comment a-t-elle deviné que c’était pour vous ?
Béatrice
Oui, elle a vite appris. Elle est très douée pour ce genre de choses.
Olivier
Vous la connaissez ? Depuis le début vous me parlez par énigme. Au cimetière d’a…