Saturday, 31 August 2013

Coeur ouvert VII


Je dis merci
je remercie
je touche le soleil
sous la poitrine
à fleur de peau

la mer chauffe mon sang
un fleuve d’abondance
pêche et pain miraculeux
et la mer de vin
bat sous la poitrine
dans la caverne du cœur

Follow me come with me
Don’t get blind
The stars shine
Don’t be afraid
The moon hides

A blue fragment
Silent lament
Hurts your knee
Inflames the bone
You will pay
The price

Je dis merci
je remercie
je touche le soleil
sous la poitrine
à fleur de peau

Tu tends la main
vers les plaines
les lacs les rivières
tout s’embrase
les sentiers se perdent
dans la forêt du coeur

Follow me come with me
Don’t get blind
The stars shine
Don’t be afraid
The moon hides

Close your eyes
come closer
touch me
and let spring shine

let blood spill
and fall with me
over the cliff.


Johdi May - Last of the Mohicans (1992)


Madeleine Stowe & Johdi May

No matter where you go I will find you

Two Hundred Tweet Stories


Le 8 décembre 2012 je publiais ma première série de cent tweets ‘micro-fictionnels’ rédigés en anglais, respectant la contrainte exacte des 140 caractères, espaces compris, de longueur d’un message sur Twitter.

Ces cent premiers pépiements d’oiseaux (en fait 103) s’étalaient du 19 mai au 8 décembre de l’année dernière. La série qui suit reprend le fil à partir du 9 décembre et se poursuit jusqu’à ce jour, 31 août, elle comprend 98 nouveaux tweets. Le hasard fait qu’il y en a donc exactement 201 aujourd’hui. De plus, ce 201è et dernier tweet écrit dans l'esprit de la contrainte, est le 667è message posté sur mon compte Twitter, par ailleurs alimenté par d'autres sources (j’ai donc échappé à la malédiction du 666è). 

La discipline de rédiger un et un seul message par jour n’a par contre pas été respectée, on pourra observer des pépiements multiples certaines journées, puis des plages de silence, les oiseaux s’étaient envolés.

Enjoy!

----


#104 – 9th December
In Matthew 25.27 interest on principal is justified as a moral principle. You won’t steal a man’s labor fruit. The Evil’s work zeroes rates.


#105 – 10th December
The ultimate trick had been played in financial markets. The Black Swan emerged from depths of debts. One’ hour later the future disappeared.


#106 – 11th December
“My Son, remember the Great Upheaval of our ancestors from Acadia”. Centuries later, the story still hurt expatriates hearts. “Yes, Father.”


#107 – 12th December
As a poet you sit naturally on top of the company. Then a group of trusted craftsmen design new things for you. At the end technocrats rule.


#108 – 13th December
With algo trading you can wipe out value from a market in a few seconds. Let’s start a game never to be forgotten. Where’s the Enter button?


#109 – 14th December
I have met with a good bunch of people this week, shared ideas, practices, wit. When the virtual corporation will come true, we will thrive.


#110 – 15th December
Political theory, it’s about who ultimately owns the gun, right? No it’s about who gives the right to choose who owns the gun: Constitution.


#111 – 16th December
When all our quantum photonic computers and internet cloud will return to sand what will stand to tell who we where but old leathered books?


#112 – 17th December
Janet was pointing her finger on her head. She was trying to show me something words could not speak out of a six years old girl’s memories.


#113 – 18th December
The ultimate level of communication is reached now we’re able to speak to our beloved dead ones. Ah! My mobile is ringing. “Son?” “Yes Dad”.


#114 – 19th December
I purchased “Hundred Thousand Billion Poems” by Raymond Queneau. Where do I start? Reading 7x24 I’ll need 200 million years. Need more time?


#115 – 20th December
I lost a billion Yuans in volatile Futures. Hide and seek running game opens now with Chinese Triads after me! Las Vegas Orbital nightmares.


#116 – 21st December
Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Stop NRA. Kill NRA..


#117 – 22nd December
St-Peter holds the key, what will I tell him: “I returned x% of interest to the Lord, paid back all debts?” No, just this: “It was all fun.”


#118 – 23rd December
Check luggage before departing: brush, toothpaste, blue pills, red pills, Gold Cards? All there. What about the Portable Psychiatrist? Okay.


#119 – 24th December
Next stop, the stars (my destination). Merry Christmas to friends on Mars & Titan colonies. Kind thought for the hibernating ones to Sirius.




#120 – 25th December
The sentient planet of Solaris expanded its oceanic feelings, touched my soul, healed me from my losses. “And death shall have no dominion.”


#121 – 26th December
Today I met the ghost of James Joyce writing the last chapter of Ulysses, at 71 Cardinal Lemoine Str., Paris. Check if you don’t believe me.


#122 – 27th December
Today I met the ghost of Sylvia Beach editing Joyce’s Ulysses in 1922, at Shakespeare & Co, 37 Bûcherie Str., Paris. Feel good with friends.


#123 – 28th December
Today I met a bunch of old chaps drinking absinthe at the Café “Bohèmes”, Grand Palais, Paris. The girl with long red hairs looked after me.


#124 – 29th December
Watched first episodes of ‘Time Tunnel’ and ‘Invaders’ TV series from late sixties, reminded my years at elementary school, chats with kids.


#125 -(Not published on Twitter) – 29th December
It requires skills to sum-up in 140 characters, including spaces, the essence of anything, even world news. Have a look, ask in max. 140 ch.


#126 – 30th December
Preparing playlist for New Year’s Eve, kind of a tricky art, blending top hits and moving music for the hearts of people you’re bonded with.


#127 – 31st December
Last of the year, leather bounded edition of Joyce’s “Ulysses”, with decision of Judge John M. Woolsey to lift the ban on the book, NY 1933.


#128 – 1st January 2013
No! No! You won’t stop me trying until my last breath, to blow up your devilish plots. You won’t take over on our world! You, alien leeches!


#129 – 1st January 2013
Sir! The tunnel! Close the tunnel! We are connected to the past, its energy flows down the river of Time. Shut it down before it’s too late!



#130 – 2nd January 2013
So, will the fiscal cliff be avoided after all? It could do short-term good, for sure. But later on, might the cliff rise into Grand Canyon?


#131 – 3rd January 2013
Listening to Hermann’s music for “Vertigo”, my cat’s ears shiver in despair, remembering so lovely mice going down by the trap of his mouth.


#132 – 4th January 2013
Trend of the day, I am visualizing my network; jellyfish like drawing connected with clusters of dots and spaghettis. Selfish self-portrait.


#133 – 5th January 2013
My friend Vladimir has appointed me Vospodar of Valachia. My glory will be incensed from Volgograd to Vladivostock. Taxes are too obnoxious.


#134 – 6th January 2013
The revolutionaries broke into the Elysée, captured the President. He got a fair trial, “1793” revival style, clear and cut. Terror is back.


#135 – 7th January 2013
When I was young and foolish, I met you on a backward alley, we rubbed our sweaty furs, went on an eerie night of claws, meows and catwalks.


#136 – 8th January 2013
“Today there won’t be any tweet” thought the exhausted would-be writer, unless a powerful charm dispels the miasmas from my mind. “Rejoice!”


#137 – 9th January 2013
I’ve read so many books, that I wonder if I am real, or myself a fiction. If I’m air, this tweet might reach its true creator. Wait and see.


#138 – 10th January 2013
Giulietta, Giulietta! The poet was shouting her name in Piazza San Marco, frightening tourists and pigeons. Lost love, the keys of his Alfa.


#139 – 11th January 2013
Mississippi River, revered Grand Father of the United States, I preach on your shores God’s word to the Natives. My soul: go, fly to heaven!


#140 – 3rd March 2013
It has been 51 days since my last 140-characters tweet. Today, it is the 140th tweet I am delivering since inception. Ultra-shorts comeback.


#141 – 4th March 2013
Before the event everything was very much ordinary. Then “it” happened. A “Black Swan” had struck my life. Gobbled at once into cat’s mouth.


#142 – 5th March 2013
Capt. Koichi watched the armada skyline on the blue horizon. The long wait was over. Spring came wonderful. It was a sunny day over Okinawa.


#143 – 6th March 2013
Capt. Koichi saw many flowers blossom in the sky each time an enemy airplane was hit by warships friendly fire. Red spring was over Okinawa.


#144 – 7th March 2013
Capt. Koichi remembered cherry trees in Tokyo, his parents proud of him. He smiled “We’re going from ashes to ashes”. Dust was over Okinawa.


#145 – 8th March 2013
Capt. Koichi addressed a prayer to his life’s most important women: Ikue his mother and Mitsue his bride. Love was falling all over Okinawa.


#146 – 10th March 2013
Capt. Koichi saw the landscape being ripped in abstract scene with lots of red, brown, yellow flashes. A painter was taking over of Okinawa.


#147 – 11th March 2013
Capt. Koichi wrote a love letter to Mitsue, “probably the last one”, he thought. Time stopped. A kind sadness fell down gently over Okinawa.


#148 – 12th March 2013
Capt. Koichi told me after the war: “my last letter reached her before Mitsue vanished in the great fire of Tokyo.” He went back to Okinawa.


#149 – 13th March 2013
Capt. Koichi told me also: “everyday I miss her, she is always in my mind, will always be”. He is an old man now, forever locked in Okinawa.


#150 – 14th March 2013
Un cygne noir est entré dans sa vie. Il a déployé ses ailes et plus rien n’est comme avant. «Au milieu de la vie, nous sommes dans la mort».


#151 – 15th March 2013
She first appeared in his dreams like a distant queen. Then, gradually, she took over of him, night and day. Invasion of the body snatchers.


#152 – 16th March 2013
I smile to a man’s forward looking gaze, who sixty years ago met a black swan, swapped one route for another, leading to me. Thanks father !


#153 – 17th March 2013
Winter 43. My father is a young soldier, standing up protecting an empty border. He is lucky. He knows something big happened in Stalingrad.


#158 – 18th March 2013
“There are no good choices, only lesser Evils” said the Teacher. “You should follow Life’s path replied the Wiseman, where love enlightens”.


#159 – 20th March 2013
I’ve got a strange feeling; death is roaming the land, making circles around me. Man in the high castle, I’m choosing the alternate reality.


#160 – 20th March 2013
“All could stop at the snap of a finger, between two breathes” thought the writer in the high castle. One second between you, and emptiness.


#161 – 20th March 2013
And yet, realized the prisoner in the high castle, all I want is swap my life, for this promise of eternity, this last second with you. One.


#162 – 20th March 2013
And Zero. On his laptop one could read the last words of the writer: “end of transmission”. His body lay on the ground, a smile in the face.


#163 – 20th March 2013
Found the guy clinically dead, painted all over the skin by red hues and blue kisses, and his majesty standing up proudly for a last hurrah.





#164 – 21st March 2013
And the white knight on his stallion jumped over the battalion of his foes bringing with him to a bright new high-castle his Queen of Heart.


#165 – 24th March 2013
Circling around Solaris, the travelers' deepest desires raise from the ashes of their burned lives. Let me know who I am, my skin, my ocean.


#166 – 25th March 2013
Camille pleure son génie perdu sous les  rocs blancs de l'asile, où la folie de Paul la condamne, à n'être que cendres de Femme brûlée vive.


#167 – 2th April 2013
Multiple shocks of high magnitude, in quick succession centered around him, heart quake of a sort, and he is still standing up? Just a bit !


#168 – 4th April 2013
Look carefully, each strip of black reflects light in a different way. It's the secret I'd share. Life stripped away from naked colors. See?


#169 – 4th April 2013
What's the question to start the coaching process? That's the question. Find out the light? Remove doubts? Make peace with me? Know Thyself.


#170 – 5th April 2013
The sun is ripping the mist over the Docklands. Canary Wharf's towers unfold like a popup book. My plane is shortly landing. London calling.


#171 – 5th April 2013
The existential question is being there. I need to face the two faces of it: the excitement or the anxiety of moving my feet out of comfort.


#172 – 6th April 2013
Looking at the wonders of the Giant Aquarium, she extends her arms, ready to jump, to dive with sharks. She is ready. Flying soon for Dubai.


#173 – 7th April 2013
Yes she said. Yes. One word in a lifetime. He approached carelessly, dived into the nectar. The flower' soft wings embraced the insect. End.


#174 – 7th April 2013
Nothing is more boring than a gate. "Come here passengers. Gate change !". Something's got to happen. Rows of humans, waiting to Exfiltrate.


#175 – 18th April 2013
The network was expanding every day, a global call to stand up and fight for the common good. Voice after voice, we joined mankind's chorus.


#176 – 23rd April 2013
Don't let your life agenda be filled by other people told the coach. There's no change without anxiety. The man nodded, then quietly jumped.


#177 – 27th April 2013
Painting the world only with black will reveal the essence of all colors, hidden lights, the purpose of the full spectrum, visible, and not.


#178 – 27th April 2013
Fortune comes and goes above waters, wrecking ships, sending lucky ones to Byzantium, but never had if so strongly send me up, to the skies.


#179 – 28th April 2013
Can't believe it, I'm driving a big truck from Phoenix Arizona to Santa-Fe New Mexico, with lots of friends and country music playing aloud.


#180 – 29th April 2013
She takes the thinly cut piece of raw fish between the chopsticks, slowly coats its surface with wasabi, rolls it with rice. Sushi ceremony.


#181 – 30th April 2013
The student had lost her document and felt miserable. I gave her my last USB key, we talked a bit. She reminded me slightly, of my daughter.


#182 – 30th April 2013
Like a current of warm air, breezing all over my heart, whenever my fingers caressed her hands, fondled her face, she smilingly disappeared.


#183 – 3rd May 2013
Prepare yourself to stand up in front of your Lord, said the priest, beware the Jabberwocky! Little Alice flew underground to meet her fate.


#184 – 4th May 2013
Little Alice wanders in the valley of the shadows, looking at all wonders on the meadows, chasing red rabbit's holes, saying "Hello, Death".


#185 – 5th May 2013
I've seen Little Alice tonight. She turns on the pages of her life and reads them aloud to a muted public. Performance, thanks to Chantal A.


#186 – 6th May 2013
Little Alice loves convertible cars & high-tech gadgetry. She speaks in tongues, while her mother tries to keep her quiet, listen to poetry.


#187 – 6th May 2013
Climbing on the ladder of proficiency levels, Little Alice casts fireballs towards her foes wearing black suits and ties, CNN talking heads.


#188 – 7th May 2013
But at the end, Little Alice awakes, eats corn flakes, kisses her mother, takes the bus school. The white rabbit sadly, is waving hands too.


#189 – 10th May 2013
From the depths of ancient forests, from the graves of scorched deserts, comes out a lament of blood and ashes, natives of the world unite.


#190 – 10th May 2013
She sang, filled in hearts, chased fears. I was flying with the eagle, circling across the canyons and lakes of the Great Spirit. Back home.


#191 – 11th May 2013
Connecting all my parts is a life's purpose. How could I achieve it instantly I asked her. "Body, Mind, Spirit & Soul: find them in poetry."


#192 – 12th May 2013
Awakening on a lost island, two months after the tempest rush, Captain Me starred on the wrecked ship wondering wether he could ever fix it.


#193 – 13th May 2013
I want to go back home, to the land where I fit like a tree in the ground. Where's that asked the police. In the new 'New World' of my soul.


#194 – 15th May 2013
Melanie looked smashing in her green-colored suit. Bathed in light, she starred at the window, smoked cigarettes, scripting a tragic future.


#195 – 19th May 2013
24 writers were gathered in St-Germain des Prés to restore traditions of literary salons, to light up imagination, thanks to Lady Butterfly.


#196 – 23rd May 2013
The writer could not cope anymore with the mood swings paid cash after each heartbeat, each feeling. He needed to bring a final point to it.


#197 – 28th May 2013
"Dead men are not sleeping": he looked furious I told this but I was so late to catch up a flight I could not tell him better. Sorry father.


#198 – 10th June 2013
I will bury you at Thebes, against the Gods, against all odds, against inhuman laws I will bury you, and will vanish as a bird into the air.


#199 – 18th June 2013
So long my friend "Dante", we'll call a witch doctor to cure the curses from your lost soul ; no hope of easy way, it'll be a long way home.


#200 – 19th July 2013
So, is it my turn now? The man looked nervous. Attached to him was a sign: I am a Burger. Behind him a crowd of hungry people gently queued.


#201 – 31st August 2013
How many tweets did you count? Before you asked me, exactly 666. OMG! Let's move forward quickly. Yes. Go: 1, 2, 3... up to 140: 667. Saved.






Friday, 30 August 2013

Seroxat TM 20mg (Paroxétine) - Jour 6


« J’ai pris la main du diable. Sous ses ongles noirs j’ai vu de la lumière. »
Christian Bobin, L’homme-joie, 2012

Confirmé : je suis un des rares sujets qui réagisse de manière paradoxale, avec de l’insomnie, à la Paroxétine. Un esprit bienveillant me conseille de changer le moment de la prise, le matin, demain. Je verrai donc demain.
J’ai vu.

Humeur bizarrement très « up » aujourd’hui, surtout en soirée, avec une pointe paroxystique, étrange, trois fois, sept fois curieux.

Une micro-agitation, des pensées de connexion dans toutes les directions, à nouveau, c’est un signe de la fuite des idées, la première pensée qui vient m’occupe jusqu’à l’infini, je veux en épuiser le sens, et m’épuise dans cette recherche vaine de sens.

Ce que j’ai vécu en début d’année était bien un épisode caractérisé de manie,  mon histoire naturelle d’hypomanie qui fluctue depuis des années et des années n’explique pas tout, je l’ai vécu et je comprends mieux, et je suis sidéré par l’effet soudain qu’une présence qui va au-delà de l’humain, par l’effet d’une annonciation, d’un message à dire, à délivrer au monde, a pu exercé, une puissance d’attraction qui va vers la lumière, mais c’est la main du diable qui agit d’abord, c’est une main punitive, une main de glace, une épée de glace qui fond dans le cœur, qui a fondu, m’a brisé, m’a délivré de l’extinction, a ruiné le cœur de mes proches.

A votre retour du Canada nous confirmerons l’hypothèse de la bipolarité, a-t-il dit. C’est une hypothèse de travail très sérieuse. Dans quelle case du DSM tombera-t-elle ?

L’ambigüité du traitement, jeter tout ça, la tentation vient, est venue, va encore arriver. Signal de danger. Attention, pas d’impulsion. Ou bien oui. Céder à l’impulsion. Danger. L’obsession du contrôle et puis le contrôle qui lâche, lâcher prise pour saisir le Soi, se ressaisir ; un paradoxe que je ne comprends pas, j’ai le sentiment d’être resté un enfant qui ne comprend pas le monde des grandes personnes, c’est une quasi-certitude, j’en viens à me demander si je n’ai pas depuis longtemps basculé et refusé de le reconnaître. L’être du langage, j’y tiens, il me tient. C’est un tronc d’arbre comme celui que je contemple, il est là dans l’obscurité, il est là dans le jour, il part avec moi au Canada, il va m’interpeller, il va me parler, c’est une certitude de l’enfant qui dort. La magie, c’est le monde des plantes et des nuages autour de toi, parfois un animal passe, une grosse bête. Marie me demandait l’autre jour, et que feras-tu face à un ours ? C’est une grosse bête, j’aimerais me faire manger peut-être par un grizzly dans les forêts boréales, en voilà une belle mort, mais je n’ai pas dit ça, j’ai dit : je ne bougerai pas, je resterai coi, comme un tronc d’arbre. Il passera son chemin.

J’ai retrouvé chez un bouquiniste le premier livre que j’achetai avec mon argent de poche, les Histoires Extraordinaires d’Edgar Allan Poe, dans l’édition Livre de Poche Classique de 1972 (numéro 604, double). C’était cette année-là. Je le vois devant mes yeux, il est sur la table de la librairie, c’est une nouveauté, je le prends. Il me prend. Je l’avais perdu, je le retrouve.

Frissons ! oh frissons ! Toucher à nouveau cette couverture (Ateliers Pierre Faucheux / photo  psychédélique à la mode, de Holmes-Lebel). Et je m’y vois, je commençais à fréquenter Libris qui à l ‘époque tenait une belle boutique sur l’avenue de la Toison d’Or. J’aimais beaucoup le cartouche de la série « Poche Classique », un livre ouvert avec une plume d’oie, et la mention « Texte intégral » en-dessous. La section des poches était située au sous-sol de la boutique, une volée d’escalier y conduisait directement à droite de l’entrée qui était grande ouverte sur le trottoir, accueillante, lumineuse, on voyait toute la profondeur de la librairie depuis l’élégante avenue. Elle a bien changé depuis. Je devins rapidement un de leurs plus jeunes habitués, encore un enfant, pas encore un adolescent. Je recherchais l’attention d’une vendeuse dont la beauté me troublait, il me semble voir encore son visage comme si je passais à toute vitesse à côté d’elle, des yeux verts, des cheveux châtains longs qui flottaient sur ses épaules mais quand je me retourne pour la fixer, elle disparait. Une méchante fièvre intestinale m’avait cloué au lit pendant longtemps, on craignait que ce ne fût la grippe de Hong-Kong qui faisait paniquer mes parents, ma fièvre était montée à 40,5, j’étais salement arrangé. Lorsque je fus rétabli je m’offris une promenade jusque chez Libris, ce n’était pas loin, nous habitions rue du Trône, et dépensai mon premier billet de vingt francs belges sur cet achat impulsif d’un livre que je ne connaissais pas. Le titre m’avait attiré, imaginez l’effet d’un titre pareil « Histoires extraordinaires » sur le cerveau d’un enfant qui sort d’une fièvre qui aurait put l’emporter ; et le nom bizarre de l’auteur : « Poe ». C’était qui ? Je parcourus la table des matières et fut tout de suite conquis par les titres de certains contes : ‘Double assassinat dans la Rue Morgue’, ‘Une descente dans le Maelström’, ‘Morella’, ‘Ligeia’, ‘Metzengerstein’.

Je fus très fier de montrer mon achat à ma mère. J’en parlai à Gaston Compère, mon prof de Français à l’athénée d’Ixelles. C’est lui qui. A la rentrée suivante je lui en parlai, de Poe et du goût que j’y avais pris. Il aimait Poe, et les romantiques allemands, Gaston Compère était un jeune homme d’une autre époque exilé dans un corps de vieux avec une voix douce et un air gauche, intimidé et intimidant.  So long !

Me mis à l’ouvrage, lut le livre avec méthode, du début à la fin, une habitude que j’ai perdue depuis longtemps sauf très rares exceptions. Après l’entrée fracassante du « Double assassinat », je failli lâcher le livre avec l’histoire de la Lettre volée que je trouvai d’un ennui profond, je ne comprenais pas l’intérêt de cette énigme qui n’en était pas vraiment une ; plus tard avec Lacan et les commentaires de mes amis psychanalystes je fis semblant de comprendre, mais c’était encore l’époque où le signifiant ne me parlait pas. Dans le fond m’a-t-il jamais parlé ? Les tores oui, les rubans de Möbius, les bouteilles de Klein, oui. Mais le signifiant ? A l’université je n’aimai pas le cours de linguistique et Saussure, je sentais par contre beaucoup d’affinités pour les « performaticiens » du langage, les Searle, et autres anglo-saxons qui avaient compris que parler c’est aussi agir pour influencer.

Les grandes vacances arrivèrent ; comme d’habitude nous les passâmes en Grèce, où j’achevai la lecture de Poe. Entretemps j’avais également complété ce premier livre avec les « Nouvelles Histoires Extraordinaires » que je préférais pour leur côté gothique très prononcé (‘La chute de la Maison Usher’, ‘Le puits et le pendule’, ‘La mort rouge’ etc) ainsi que le remarquable roman des aventures d’Arthur Gordon Pym.

Epuisé. Dormir maintenant.

« Quand ils voient un miracle, la plupart ferment les yeux. »
Christian Bobin, L’homme-joie, 2012





Seroxat TM 20mg (Paroxétine) - Jour 5


Pendant l’heure de table, discussion avec le groupe des participants à la formation systémique, des effets placebo et nocebo (le contraire de l’effet bénéfique, quand absorber de la « saccharine » provoque les effets indésirables de la notice du médicament). C’est venu comme ça, je n’y étais pour rien, deux des participantes travaillent pour l’industrie pharmaceutique. Le monde médical reconnaît ces effets, toutefois, lorsqu’une molécule est jugée effective, c’est qu’elle produit des effets bénéfiques supérieurs à ceux d’un vulgaire remontant moral.

Intéressants échanges aussi sur le changement viral, comment créer un mouvement, et le rôle crucial joué par le « premier suiveur » d’un leader, analyse d’une vidéo sur Youtube « Leadership Lessons from Dancing Guy » -- voilà qui remet en question quelques idées reçues sur le leadership classique des écoles de management, je remarque que c’est une illustration du leadership par l’exemple. D’autres participants mentionnent les nouvelles directions de gestion impulsées par les techniques de l’intelligence collective ou de la sociocratie. L’un d’entre eux a de l’expérience dans les techniques d’animation des groupes comme les forums ouvert, les élections sans candidats, le World Café…

Il y a abondance de modèles et d’outils de gestion du changement. 

Un professionnel des pathologies du stress récemment rencontré me disait qu’il s’agissait ni plus ni moins à travers cette profusion de techniques managériales positives que de promouvoir un nouveau style de taylorisme qu’il qualifiait de cognitif. Je traduisis dans le langage des conflits de pouvoir, la classe dominante cherche l’assentiment volontaire des dominés, cela ressemble au fameux « Contr’Un  - Discours de la Servitude Volontaire » d’Etienne de la Boétie (1549), le premier philosophe politique français. Je ne partageais pas son objection, même si je reconnais que la visée de ces nouvelles techniques d’influence est de mieux faire tourner la machine de production. Il y a bien un nouveau discours du capitalisme qui se réinvente à travers des valeurs sociétales (l’éthique, le bénéfice des parties prenantes externes à l’entreprise, la « corporate social responsibility », la création de valeur par les valeurs). Ma croyance c’est qu’il ne faut pas imposer ces changements par une autorité classique, verticale, mais faire émerger ces comportements souhaitables à partir d’interactions entre tous ceux qui sont intéressés au changement, inventer de nouvelles métarègles comme on dit en systémique.

Introduire du participatif dans la production de valeur (le compte de résultat au final), n’est-ce pas ce qu’on appelait dans le temps de l’autogestion ?

 Les outils et les modèles de l’accompagnement au changement sont juste cela, une boîte à outils dans laquelle puiser ce qui est le mieux adapté à la situation.

Je ne ressens pas de dissonance entre les objectifs du capitalisme éthique et les aspirations à libérer l’homme de la servitude matérielle, non pas pour nourrir le capital, mais pour redémarrer le cycle vertueux des innovations, du développement (technoscientifique, économique, social, humaniste) et au final du mieux-être ou du bien-être de l’ensemble des communautés qui sont parties prenantes dans l’économie (les actionnaires du capital, mais aussi, les employés, les consommateurs, le public, le gouvernement, la planète). Je crois aux vertus d’une bonne économie ; comme le dirait n’importe quel père ou mère de famille raisonnable, il faut savoir tenir sa maison, mais quand celle-ci est vaste comme la Terre entière, qu’elle voit se jouer des milliards d’intérêts concurrents, que la ressources sont en nombre fini et que les besoins tendent vers l’infini, il y a la question cruciale de la production et de la redistribution des richesses qu’il faut gérer à un niveau de complexité qui nous dépasse. Le marché (ouvert sur le commerce international, et régulé pour limiter le pouvoir des monopoles et des oligopoles) ; les associations de producteurs et de consommateurs qui maintiennent une économie et un tissu social au niveau local ; l’état (efficient, minimal, recentré sur ses fonctions primordiales : le monopole de la violence (Hobbes), l’éducation, la santé…) ; des modèles de gouvernance participatifs ; « sociocratiques », « caucus à l’américaine »… au niveau local et leur contrepartie globale inévitable d’une classe affairiste sans frontières et sans contrôle externe ; l’intermédiation contrôlée de la finance pour l’allocation des ressources de l’épargne aux investissements risqués de la future production ; la limitation de la masse monétaire par un crédit cher, voilà quelques fonctions macro-économiques auxquelles je souscris plus ou moins intuitivement.

Tout ceci est plutôt éloigné des effets d’un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine ? 

Le genou me dit de ne pas partir, c’est mon saboteur interne qui s’incarne là dans cette partie de corps, mais je ne vais pas l’écouter, je le laisse éructer son poison, la douleur sera matée par une infiltration. Par contre, je vais écouter mon corps qui demande à être ménagé. Je ferai donc mon voyage, avec ménagements, et repos aux étapes.

Je suis quelqu’un de très raisonnable.


Wednesday, 28 August 2013

Seroxat TM 20mg (Paroxétine) - Jour 4


Et c’est comme s’il n’y avait plus rien !
Paroxétine ? Vous avez dit quoi ? Je ne comprends pas.
Tout est absolument normal. Serein. Une clarté dans la tête, la conscience exacte de savoir quoi faire et comment. Encore un tour de l’effet placebo (voir note du Jour 2).
Sauf un réveil précoce quatre heures après l’endormissement, ça ressemble à un pattern, un début de systématique. Mais je ne pourrai pas tenir le coup non plus, sauf si je vire upside, again. Non, pas si vite.

Je-Nous, le genou était très fâché hier. Aujourd’hui il est mécontent, mais il tire un peu moins la gueule.

Je réfléchissais encore au symptôme de « fuite des idées » caractéristique de la manie. Le psychiatre suisse allemand Ludwig Binswanger a écrit un livre dans les années trente sur le sujet traduit en français récemment. C’était l’époque du courant de l’analyse existentielle inspirée par le philosophe Heidegger, la refondation d’un humanisme par une anthropologie qui lorgnerait sur les limites de l’humain, par delà le clivage réducteur du normal et du pathologique, qui étudierait l’homme dans sa totalité, l’être-là.

What if the real difference is not between sanity and madness, but between being mad and going mad ?

Le psychanalyste anglais Darian Leader dans « Strictly Bipolar » semble indiquer qu’il y a un désir de contrôler l’autre à travers le discours de « la fuite des idées », de ne pas laisser place à la parole de l’autre. Vraiment ? Cela ne me ressemble pas. Sourire.

Il y a un bel arbre devant moi au fond du jardin, je le qualifierais de noble si cela avait un sens quelconque pour un arbre. Est-il conscient de lui-même et de son environnement ? Bien sur que oui, il est sensible à la lumière, l’ombre, la teneur du sol en eau, en sels minéraux, il est capable de communiquer avec ses semblables via des signaux chimiques par les airs, le sol, les champignons symbiotiques. Et d’autres choses que nous ignorons.
Mais quel est l’être-là de l’arbre ?
A-t-il conscience de mourir quand on l’abat ?
Arbre, qu’as-tu à me dire ?
N’ayant pas de système nerveux qu’est-ce qui véhicule l’information dans une plante ? Je n’ai jamais eu la main verte mais tout d’un coup j’aimerais savoir.

Je devrais peut-être enserrer le tronc de mes bras, lui faire un « big hug ». Il paraît qu’on reçoit quelque chose en retour. J’essaierai au Canada. Dans les forêts de Haute-Mauricie personne n’est là pour vous entendre hurler, sauf les loups, vos congénères.



Tuesday, 27 August 2013

Seroxat TM 20mg (Paroxétine) - Jour 3


Ecrire, c’est dire la vérité du corps. Cette note jetée dans mon téléphone en matinée résume l’état d’esprit du jour.

Quelques réflexions en vrac sur  l’état maniaque : on voit des connexions partout, entre les idées, les gens, les faits les plus anodins ; tout se met à vibrer de correspondances, et cette magie doit être révélée, montrée, communiquée. Rien n’échappe à la clairvoyance de celui dont le Moi s’est enflé aux dimensions de l’univers, il n’y a plus de limites, tout est possible, mais contrairement au délirant paranoïde ou schizoïde, la folie maniaque n’est pas une conspiration des éléments contre le sujet, elle est monstration d’un absolu communicable par le sujet dans un acte créateur à son public, ses proches, amis, parents, collègues, étrangers saisis n’importe où. Facilité des élans avec lesquels le sujet se lie avec n’importe qui. Et se délie tout aussi facilement. Dans le but de faire sentir cette énergie qui circule et qui relie choses et gens, surtout les gens, car ce qu’il recherche c’est d’atteindre directement le cœur des autres, de les toucher par l’évocation de correspondances inattendues, de liaisons insolites, de ponts jetés sur des fleuves dont on ne voit pas le bord, et qui montent, qui montent… et puis qui finissent par s’écrouler…

Le genou usé par la vie. Le cartilage foutu. Plus le temps de faire un scanner approfondi, je dois partir dans quelques jours. Partir.

Chaque pas, un effort, comment éviter de marcher tout en marchant ? Mais j’irai admirer les lumières et les ombres qui jouent dans les fjords du Saguenay, j’irai caresser  le dos des belougas blancs, je verrai la nageoire caudale puissante d’une baleine bleue battre le Saint-Laurent, j’entendrai le langage des clics et des sifflements et la longue plainte du vieux Rorqual solitaire qui remonte le fleuve chaque année à la recherche de sa compagne disparue, avalée par un kraken des profondeurs… J’irai observer les feuilles d’érable changer de couleur millimètre par millimètre avec l’avancée de l’été indien, j’irai me souvenir des batailles gagnées et perdues lors de la Guerre de Sept Ans des Amériques entre Français, Anglais, Premières Nations, j’irai courir les bois avec le dernier des Mohicans, j’irai pleurer le corps envolé d’Alice Munro, mais pour l’amour de Cora Munro que ne ferais-je pas ?

Le corps qui proteste.
La fatigue qui m’arrache le cerveau à midi.
Les lettres se mélangent à l’intérieur des mots.
S’empoisonner, souffrir pour guérir. Trop de molécules en même temps. Faim et nausées. Agitation et abattement. Sudation et froid. Tout est arrivé aujourd’hui. Violente adaptation au rétablissement de la balance à sérotonine.

I'm the hunter
and the hunted
joined together
...
(Tori Amos - The Chase)


Paysage, Fjord du Saguenay, Québec
Credits: Mathieu Dupuis, 2013

Monday, 26 August 2013

Seroxat TM 20 mg (Paroxétine) - Jour 2


Réveil à 3h45 cette nuit, soit huit heures après la prise et cinq heures après l’endormissement. S’il y a eu un effet direct le premier jour il est en train de s’atténuer : l’habituation, et la nuit prochaine je devrais revenir à un plateau normal d’heures de sommeil, soit six à sept heures continues.

Tentative de me rendormir après ce réveil précoce, incertaine, un peu d’agitation, des pensées parasites. En voici une : vision de deux blocs de mots unis par un grand panneau où il est écrit « AND », à côté le même bloc de mots unis par un plateau où il est écrit « OR » effacé. Je ne devrais pas choisir une solution basée sur l’exclusion d’une des deux propositions mais combiner les deux. Je me demande comment. L’heure du choix. Mon mental aime bien les formules de l’algèbre booléenne et les plans matriciels. Voici une autre image qui est apparue avec le mot « Placebo ». Pendant mon demi-sommeil je ruminais des hypothèses sur l’auto-observation ; à quoi attribuer les modifications si rapidement observées, à la Paroxétine ou à « l’effet Placebo » ? Cela ne peut pas être encore l’effet du produit, c’est trop tôt, c’est donc ce qu’on appelle l’effet placebo, mais c’est quoi au juste ? Je me suis interrogé là-dessus en prenant mon café, réveil à 6h30. On dit rapidement que c’est l’effet psychologique (la croyance, l’attente, l’espoir). On n’explique rien car il y a un effet physiologique objectif consécutif au « produit placebo ». En ce moment les effets que j’observe sur moi de la Paroxétine sont similaires à ceux que j’observerais si je prenais un comprimé de saccharine. D’où viennent-il ? Du cerveau. Google. Je trouve une étude sur la question, voilà, c’est le circuit à dopamine qui est impliqué dans l’effet placebo, la boucle striato-pallido-thalamo-corticale, responsable du plaisir et de la douleur (en particulier les neurones du noyau acumbens).

Je tente une « expérience par la pensée », j’imagine que je suis coupé en deux « moi » identiques. Le premier, C1, s’administre à lui-même un comprimé en ne sachant pas ce que c’est, le second, C2, s’administre le produit en sachant ce que c’est.  Idéalement, il faudrait que je me subdivise encore en deux entités pour que le plan expérimental soit complet. Ce que je fais en me mettant en position d’observateur. On reconnaît le fameux plan carré des protocoles dits « en double aveugle » dans lequel quatre conditions théoriques sont envisagées : celles où le patient sait, ou ne sait pas, ce qui lui est administré, et celles où l’observateur (expérimentateur) sait, ou ne sait pas, ce qu’il administre. La fameuse « hypothèse nulle » H0 du plan d’expérience va être testée dans la case numéro 4 ; c’est la condition « ni….ni »… le patient et l’observateur sont tous deux aveugles, l’un ignore ce qu’il donne comme produit, l’autre ce qu’il reçoit. Beauté des plans d’expérience, des matrices et de la logique de Boole. Beauté de la méthode scientifique et du « double blind ». 

Ayant fait cette expérience mentale, j’en conclu que « l’effet placebo » s’observe dans tous les cas, par contre la différence entre la saccharine et la Paroxétine c’est que la réponse liée à la dopamine va s’atténuer avec le temps chez la première, et la vraie réponse à la sérotonine va se renforcer avec le temps chez la seconde. Ce qui reste à observer.

La question clé n’est pas encore résolue : qu’est-ce qui provoque l’effet placebo ? Comment expliquer que le cerveau fabrique dès les premières heures (Jour 1) une réponse physiologique (à la dopamine) suite à l’administration de « saccharine » ? Plus précisément, l’avant-veille, j’aurais pu me dire en me mettant au lit : « je consomme un comprimé virtuel de saccharine et demain matin je serai en pleine forme. » Est-ce que j’aurais observé la même chose sur moi ? Ou simplement : « demain, ça ira mieux». Mais n’est-ce pas ce qu’on se dit tous les soirs ? Et pourtant le lendemain n’est pas forcément meilleur que la veille.

La différence est expliquée par le contexte, l’effet placebo fonctionne dès qu’on se met en relation avec les autres, par exemple, un soignant, ou quelqu’un en qui on a une grande confiance. Il fonctionne comme l’effet d’un système. C’est une loi systémique, peut-être une des métarègles les plus simples des interactions humaines : avoir foi, c’est croire en quelqu’un.


Sunday, 25 August 2013

Seroxat TM 20 mg (Paroxétine) - Jour 1


Prise à deux heures du matin. Atteint sa concentration maximale en quatre à cinq heures par métabolisme hépatique. Quatre heures plus tard, réveil hypertonique, vigilance maximale, corps rapide, mental tourné vers l’action immédiate : pensées, priorités, plan, exécution, action et feed-back par l’auto-observation.
Réaction instantanée du corps. Déjà, si rapide ? J’imagine les récepteurs post-synaptiques de neurones à sérotonine bloqués par la diffusion de ce dérivé de la phénylpipéridine. « Rational Drug Design », première classe de psychotropes conçue en fonction d’une cible moléculaire dit-on.
Pause.

Tenir des notes, se remettre à écrire, observer les effets.

L’habituation du corps prendra deux à trois jours, et puis, évolution de la courbe de réponse physiologique en fonction de la concentration avant d’atteindre le palier en deux à trois semaines. Libération des fonctions cognitives et du jugement (préfrontal) suivront. Quelle est la demi-vie du produit?
Mystère du corps, comment expliquer le déficit en sérotonine ?
La Paroxétine est la drogue du bonheur.  
Les noyaux cellulaires de production de la sérotonine sont situés dans le tronc cérébral, dans le cerveau « reptilien », régulation du sommeil, de l’humeur. Lien avec les comportements instinctifs de survie : fight, flight, freeze. Vient une agression extérieure, un stress. Mais long, continu.
Réponse sur-adaptative au stress. Dérégulation.
Humeur kaput.

Alors la drogue du bonheur, invention miraculeuse, l’inhibition de la recapture sélective de la sérotonine, médecine douce, on laisse les neurotransmetteurs agir plus longtemps dans la fente post-synaptique, la sérotonine va pouvoir agir plusieurs fois en stimulant les récepteurs de ces noyaux obscurs du tronc cérébral. Et donc : plus de potentiels d’action, plus de réponse électrique provoquée (pompe à calcium et à potassium), plus d’informations en provenance de ces noyaux vers les étages supérieurs du cerveau, vers système limbique, émotions, vers cortex.
Où sont les cartes des autoroutes de l’information dans le cerveau ?
Le chef de projet a mal fait son travail; les développeurs n’ont pas laissé la documentation, le projet est mal abouti. Les schémas de conception sont perdus ; il faut tout reconstruire à rebours, découvrir par tâtonnements.
Allez ! On vire Dieu, pas capable.
Au boulot !


Wednesday, 7 August 2013

London Reverse Diaries VI - Day 1


Day 1 – Sunday 14th of July 2013

Getting out of the Eurostar, and King’s Cross St-Pancras station, directly on Euston Road for a five minutes walk toward the Hilton Euston Hotel near the crossroad with Upper Woburn Place. Remarkable copy of Athens Acropolis Caryatids at St-Pancras Parish Church of England, build 200 years ago on the Greek revival style. It is remarkable and odd, thanks to the architectural mix of the neighbourhood. And the more I think about this area the more I find it astounding: just think about it. 

Let’s assume it’s your first time in London and you come either from Paris or Brussels with the high-speed train. Let’s also assume you won’t rush to catch one of the four tube lines which deeply underground intersect at the metro station, you’ll take time to walk out, discover the city at the speed of your feet, the proper way to discover anything, looking up and down and straight, and left and right, turning your head at every angle, getting a sense of 360° vision, capturing all sounds of people walking, talking, on the phone, the noises of the red imperial buses, the cabs, the cars, the motorbikes, the bicycles, the planes above. All the movement, everything which makes a city never sleep, always on the move, people rushing to catch a train, to catch a tube, to catch a cab, to catch a moving target that will bring them closer to a business meeting, closer to a lunch in a trendy restaurant, closer to a pint of beer at the new pub to be seen after hours with colleagues in the City, in Pall Mall, in Westminster, in Canary Wharf, in Kensington, in Bermondsey, in Bloomsbury, closer to a lover, to a mistress, to a wife, to a daughter, to a mother waiting your arrival because she must get some blood analysis at the Hospital done quickly, not one of the NHS, no, no, all her friends told your mother she must go to a seriously expensive and private and upscale clinic with good doctors, skilled doctors, not smiling doctors, just skilled, university teachers, well-trained physicians, surgeons, nurses, psychiatrists, endocrinologists, oncologists, yes, my god, might it be your mother needs chemotherapy, might it be yourself will need surgery, or anti-depressants because you’ve just been diagnosed as half of people living in London being afflicted by a more or less mild, more or less severe form of bipolar disorder, might it be you’re on a collision course on those busy streets with your lawyer, your accountant, your human resource officer, your IT supplier from Bangalore or Warsaw, because you’re a CEO, a CIO, a COO, a CFO, a CTO, a Catastrophic Executive Moronic selfish guy who thinks everything is owed to him, that he or she, takes precedence in the pecking order of humanity to be saved from disaster, the very precise disaster you’re working yourself ?

Could it be that for all those reasons, wandering in the streets, at the ground zero level of a city’s theatre, all-around the clock immersed in a near-poetic performance, with slam, spoken words, cantos, soul’s expansions, in many languages, in many accents, with multiple voices, is an mind-blowing experience not to be missed? Would you miss that? Never! Never!

It reminds me of Robert Silverberg’s, ‘Dying Inside’ (1972) - in French: “L’oreille interne” sci-fi novel, where the main character, David Selig, is afflicted by a gift and a curse, he is a telepath, he hears all inner thoughts of people passing near him, without being able to filter them, to control them, and for him, walking in busy streets is a traumatic experience.

On the trail, looking for Virginia Woolf evidence in her native neighbourhood of Bloomsbury: a small statue erected in a corner of Tavistock Square, where groups of people discuss, there is another more impressive, central statue of the Mahatma Gandhi. Then, there is this ugly Tavistock Hotel built on the location of her former house which was destroyed during the Blitz, with a historical leaflet at the reception desk provided by the Virginia Woolf Society, not much evidence left from her presence, to be honest.

Back at the Hilton London Euston, I am preparing mentally to cope with the stressful coming week, with a quote from the book I'm studying, speaking on organization changes:

"In our view restructuring should be the last option considered by management rather than the first. It is often a method for not addressing the organizational issues that it seeks to resolve."

Esther Cameron & Mike Green, Making Sense of Change Management 3rd edition, Kogan Page 2012, p. 262.


I've seen it so many times that it defies common sense. And the human price to pay is heavy. It is one of the mad causes for burn out (making a case for further inquiry).

Arrival... a bit of disorientation... left ... right... look inverted...
Tavistock Square - Virginia Woolf
British Library - first visit, catalog of the exhibition and a  few poetry books

London Reverse Diaries V - Days 5,4,3,2


Day 5 – Thursday - 18th July
I passed the first exam on APMG Change Management Foundations with 49/60 (82%).  Good news. Keeping up with energy and motivation.
Tomorrow is the tough one (the Practitioner) and the results will be known 4 weeks afterwards but I guess I will have a feeling of how it will go anyway.
And then the real challenge will begin (applying that knowledge on real life business cases)

At the pub with a pint of fresh Becks beer, I read an article in The Financial Times whose main page title says: “Wall street tests defences against bird flu and hacking.”
(Quantum Dawn 2 exercises). Makes me think to discuss it tomorrow with the IT security guys at the learning centre.

I tweet this -
So, is it my turn now? The man looked nervous. Attached to him was a sign: I am a Burger. Behind him a crowd of hungry people gently queued.

Quoted in Peter Senge's book on learning organizations "The Fifth Discipline Fieldbook" 1994:
Ubuntu ethos (Zulu folk saying): 

"Umuntu ngumuntu nagabantu"

(A person is a person because of other people)


Day 4 – Wednesday - 17th July
I'm considering to extend my stay in London for a couple of days to benefit from the city after the trainings are over and to return back to Brussels on Monday.


Day 3 – Tuesday - 16th July
After the class, I walk until the British Library, which is open until 8PM. I take this opportunity to discover quickly the impressive site, and visit the interesting exhibition on “Propaganda: power and influence”. It connects with one of the topics seen in Change Management: Leadership, Stakeholder engagement, and the virtues of learning to survive in a politically driven organization.
Mused around books, found some good poetry (Seamus Heaney, Philip Larkin, Anne Carson...), it's a good feeling being here ... However there is some homework to be performed tonight for the class in Change Management ... Slowly I'll go back to the hotel, my own private study and feelings of nostalgia I need to suppress.

“If we shadows have offended,
Think but this, and all is mended,
That you have but slumbered here
While these visions did appear.”
Shakespeare

I'm being distracted from my business reading at the hotel's restaurant by a P&G big party ... Hopefully there is a bunch of beautiful ladies there ... How could I get closer from an elegant brunette who send a smiling signal, I wonder? But those are daydreaming fantasies. Besides a communication challenge for myself being an introvert intuition thinking judgment type (you've got it, it's my Myers-Briggs profile), there is a strong sense of duty; I must cope with my three hours work assignment of tonight and keep good shape for tomorrow.


Day 2 – Monday - 15th July
Change Management training. Daily routine from the Hotel (Hilton Euston, breakfast ritual), to the learning centre (around 15 people and the instructor), then back at the hotel, diner at the hotel, a bit reading, a bit writing, sleeping.

The world 
(or London by any other name) 
as we know it, 

is filled with heavenly surprises
 popping up around the corner,
 
like Mary Poppins

mixed with cheese 
and curry,

singing a rock song 
as lightly 
as a feather,

trembling above me,

above my head

my soul

my emotional weather.

Yes.

I've been remembering

those old days of glory

when mighty ships came

upon river Thames

filling shops 
with all goods from the Earthlink. 
I remember.

Yes.

London, city of mine art

and heart,

where I had my first awakening

a long time ago.

Love and despair. 
I was 
in my early twenties

and loved so immensely that

Old Father Thames

had a stroke in its body,

flood flooded it all

and my memories were gone.

It was my story

believe it or not,

a wizard of mine

switched all lights off

and then, since then

roaming the streets

of London I am,

looking for a lost love.


The FInancial Times 18th July



Credits: Financial Times, 6th Aug. 2013
(The Global Economy is now distinctly Victorian)