Articles

Affichage des articles du octobre, 2016

La question du « rien » aux limites de l’œuvre d’Hannah Arendt

Image
Eclats du « Rien » en phénoménologie
Deux journées d’étude : 24 et 25 octobre 2016 Université Libre de Bruxelles Centre de recherche Phi - Laboratoire de phénoménologie et d’herméneutique Organisation : Professeur Antonino Mazzù

Agenda  http://phi.ulb.ac.be/uploads/AfficheEclats%20du%20rien.pdf

Note : le texte ci-dessous est un énoncé enrichi par rapport à celui prononcé assez librement lors de la conférence. Je n’y fais toutefois pas figurer la notice de présentation par laquelle j’avais commencé mon exposé ni le résumé des questions – réponses qui suivirent. Certaines d’entre elles me serviront peut-être à rebondir, vers d’autres questions. D’autres sections sont par contre un peu plus développées. J’ai conservé les expressions qui rendent compte de l’oralité. Il y aura toujours un chiasme entre la parole et l’écrit. S’il devait y avoir un prolongement papier à ce travail, je crois que la forme et (sur certains aspects) le fond, continueraient à évoluer. Dans l’état, il me semble que c’est…

Abyss (Kant et Arendt)

Image
Toi qui nous as tant fait voir de détresses et de malheurs, tu vas à nouveau nous laisser vivre. Tu vas à nouveau m’élever hors des abîmes de la terre. Tu rehausseras ma dignité, et à nouveau tu me réconforteras[1].
(Psaume 70)

[1]La Bible, traduction œcuménique. Edition intégrale TOB, Les Editions du Cerf / Société Biblique Française, 1991, p. 1366-1367.

Mal radical et banalité du mal
La mise en retrait du monde qu’opère la pensée, évite-t-elle que nous ne commettions le mal ? Encore faut-il que le mal s’offre à la pensée comme objet dont nous pouvons comprendre la nature, l’essence. La position d’Arendt a évolué sur cette question. A la fin des Origines du Totalitarisme se trouve une première réflexion sur le mal :
C’est un trait inhérent à toute notre tradition philosophique que nous ne pouvons pas concevoir un « mal radical » : cela est vrai aussi bien pour la théologie chrétienne qui attribuait au diable lui-même une origine céleste, que pour Kant, le seul philosophe qui, dans l’expressio…