Articles

Affichage des articles du mars, 2017

Théâtre des Opérations, Mars ‘17

Image
Journal de la Rêvolution
« Délire laborieux et appauvrissant que celui de composer de vastes livres ; de développer en cinq cent pages une idée dont la parfaite exposition orale tient en quelques minutes. Procédé bien meilleur celui de feindre que ces livres existent déjà, et d’en présenter un résumé, un commentaire. C’est ainsi que procédèrent Carlyle dans Sartor resartus; Butter dans The Fair Heaven : ouvrages imparfaits aussi puisqu’ils ne sont pas moins tautologiques que les autres. Plus raisonnable, plus incapable, plus paresseux, j’ai préféré écrire des notes sur des livres imaginaires. » - J.L.B Buenos-Aires, 10 novembre 1941.
« Deux dangers menacent le monde : l’ordre et le désordre. » - Paul Valéry (1871-1945), La Crise de l’esprit ; cité par Claude Simon (1913-2005) en épigraphe au Vent.

Des Têtes & des Visages

Image
Des Têtes & des Visages
Les trois textes publiés dans cette note ont été rédigés à l’occasion d’un atelier d’écriture animé par Milady Renoir. Il y a, comme toujours en atelier, une expérience directe de l’écrit, ainsi que de l’écoute des autres textes et de la restitution, qui est très différente de l’expérience de l’auteur solitaire face à son texte. Pour certains, l’atelier devient le seul lieu possible de l’écriture. Ce qui ne veut pas dire pour autant que les mots trouvent plus facilement leur chemin en groupe, que lorsqu’on n’a que soi comme témoin, mais il est un fait avéré : là et dans l’instant où ils sont convoqués par une contrainte, en présence d’autrui, les mots viennent, qu’ils le veuillent ou non.
Plus d’informations à propos du cycle d’écriture « Corps & Ames » animé par Milady Renoir sur la page du réseau Kalame : ici.
Le thème du jour était « la tête » et « le visage ». 

Opéra I - Le Roman d'Arc (archives : 1996)

Image
Dans cette série de billets publiés à partir de mes archives, en particulier ceux qui concernent Le Roman d’Arc (voir à la fin de cette note pour les articles précédents sur le même sujet), il y a d’abord de la nostalgie que j’assume pleinement, celle de replonger dans des souvenirs agréables et de m’entendre dire intérieurement : « c’était super ! » ; il y aussi le souhait que celles et ceux qui se reconnaitront dans ces souvenirs communs en éprouveront également du plaisir ; il y a enfin d’autres mobiles : notamment d’alimenter le blog des Métamorphoses de C. – il ne m’est pas facile de produire chaque semaine un texte original (je ne suis même pas « bloggeur » à temps partiel, c’est vraiment dans les marges de mon temps « libre », i.e. hors milieu professionnel, que je trouve le temps d’écrire). Et puis il y a aussi des défis propres à l’archiviste numérique, lié à la conservation et l’exhumation des matériaux informatiques.